Ubuntu sur desktop | Quelle stratégie maintenant?

Ubuntu passe sur Gnome 3 à partir de maintenant. Voici le plan pour la suite.

Il y a maintenant sept ans, Canonical faisait le choix de passer son interface de bureau à une version modifiée d’Unity, délaissant du même coup l’interface Gnome 3.x. Avec la sortie d’Ubuntu 11.10, Unity est devenu le bureau par défaut d’Ubuntu. Mais même à cette époque, le destin d’Unity était de faire plus. L’objectif était de faire d’Unity une interface universelle pour PC, smartphones et tablettes. Mais c’était un rêve destiné à ne jamais s’accomplir.

Au début du mois d’avril 2017, le fondateur de Canonical Mark Shuttleworth annonçait ainsi que Ubuntu allait faire son retour sur Gnome. « Je pensais que si la convergence était le futur et que nous étions capable de la proposer sur du logiciel libre, l’effort serait largement apprécié par la communauté. Nous voulions proposer une alternative aux écosystèmes fermés et propriétaires. Mais j’avais tort et nos efforts ont principalement été perçus comme une fragmentation et non comme une innovation » explique ainsi Shuttleworth.

« Nous allons basculer l’interface par défaut de la version desktop d’Ubuntu vers Gnome à partir de la version 18.04 LTS. Cette version sera livrée en avril 2018. Les deux prochaines versions, la 17.04 prévue pour être publiée sous peu, et la version 17.11 prévue pour novembre, continueront d’utiliser Unity 7 » poursuit Mark Shuttleworth.

Le community manager de Canonical Michael Hall a notamment précisé qu’avec la fin du support de Unity, Ubuntu mettait fin à ses investissements sur le secteur des téléphones et des tablettes. « Le développement Desktop va continuer, mais nous allons revenir aux méthodes et au rythme que nous avions dans la période pré Unity, quand nous nous appuyions sur ce que les développeurs de Gnome développaient » a-t-il précisé.

Bien évidemment, Ubuntu peut d’ores et déjà être utilisé avec une interface Gnome. Contrairement à d’autres systèmes d’exploitation, il est facile de changer d’interface. Mis à part Gnome, Canonical supporte Budgie avec Ubuntu Budgie, KDE avec Kubuntu, LXDE avec Lubuntu, MATE via Ubuntu Mate, et enfin Xfce avec Xubuntu.

Dans le futur, il sera toujours possible de faire fonctionner Ubuntu via l’interface Unity7. Shuttleworth a ainsi précisé que « les paquets Unity 7 continueront d’être disponibles pour Ubuntu. Beaucoup de gens restent suffisamment impliqué pour vouloir conserver une version à jour. J’espère que nous pourrons le proposer pour la version 18.04 LTS. » Ce qu’il faudra oublier, c’est d’avoir un jour la possibilité de passer Ubuntu sous la version 8 d’Unity, encore en cours de développement.

Unity n’est pas un projet abandonné, mais il devra se passer des ressources et des développeurs de Canonical. Plusieurs sources m’indiquent que plusieurs développeurs du projet ont été mis à la porte. Pourtant, Marius Gripsgård, développeur bien connu de Unity et responsable du projet UBports s’est exprimé sur Google + afin d’assurer qu’il n’abandonnerait pas et qu’il entendait bien faire de son mieux pour assurer le fonctionnement d’Unity 8 et d’Ubuntu Touch.

Et il ne se contente pas de parler, il développe également. Le projet Unity8 indépendant dispose de sa propre page d’accueil. Gripsgård promet de son coté que les premières builds ne vont plus tarder à arriver.

Ceci étant dit, le support de Unity 8 n’est pas dans les plans d’Ubuntu. Au contraire, comme le précise Shuttleworth dans un post sur Google+, Canonical va « rapidement se repositionner afin de pouvoir supporter la communauté Gnome avec toutes ses ressources afin d’en améliorer la stabilité, les mises à jour, l’intégration et l’expérience. »

Qu’est ce que cela signifie ? Dans un premier temps, cela se traduit notamment par l’abandon du projet Mir à destination du desktop. « Nous n’avons pas d’autre choix que d’assurer le support de Weyland quand nous passerons sur Gnome. Continuer à utiliser Mir n’est pas une option » précise Shuttleworth.

Tenu à l’écart du desktop, Mir continuera son chemin. Shuttleworth explique que « de nombreux projets Iot s’appuient sur Mir, donc le code continuera de bénéficier de nos investissements. Je suis d’accord, c’est un serveur d’affichage propre, efficace et rapide. Les gens intelligents l’apprécient pour cela. »

Poursuivant sur l’avenir du Desktop, Shuttleworth ajoute « Nous souhaitons proposer une expérience Gnome complète et fantastique. Nous souhaitons aider l’équipe de développement de Gnome, et non inventer quelque chose de nouveau ou qui entrerait en compétition avec leur travail. Bien que je sois très enthousiaste à l’égard des idées développées par Unity et que j’espère que l’équipe de Gnome leur accordera une oreille favorable, je pense que nous ferions mieux de respecter la direction proposée par la gouvernance de Gnome en proposant une expérience qui respecte leurs idées. »

Donc nous y voila : à partir de 2018, Ubuntu et ses versions futures assureront le passage à Gnome par défaut. Cela risque d’être intéressant de voir comment tout cela va fonctionner.

Cet article est une traduction de « Where does the Ubuntu Linux desktop go from here? » initialement publié sur ZDnet.com

Source de cet article

Saveurs officielles supportées par « Canonical »:

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s